Le nouveau diner, c’est…

J’ai un scoop pour vous les filles : la presse féminine est à la ramasse ! Aujourd’hui, être à la pointe de la tendance pour recevoir ses amis et passer un bon moment, ce n’est plus le diner, ça la presse féminine l’avait bien compris, mais ce n’est plus le brunch, le slunch ni l’apéritif dinatoire. Non, non, non mes mignonnes, pour être à la page, il faut organiser… des goûters !

Gouter

Lire la suite

Bis repetita ? Pas si sûr…

Ma première bonne résolution en cette nouvelle année sera d’avoir un accouchement… de rêve !
Car oui, je ne suis plus qu’une grosse baleine échouée sur son canapé qui s’attend à tout moment à partir à la maternité. Je suis en effet censée accoucher d’ici la fin du mois. Au moins une bonne résolution que je suis sûre de tenir me direz-vous !

test Lire la suite

La Copine invitée #1 : Alice…

Par Raph

Nous inaugurons aujourd’hui un nouveau RDV pour votre plus grand plaisir ! Comme vous le savez déjà, notre blog est un blog de Copine(s), écrit par des Copine(s), pour des Copine(s). Et nous avons bien sûr chacune plein de Copine(s) super, alors, nous nous sommes dit que nous aimerions en inviter certaines pour élargir nos horizons, car vous allez voir, elles sont pleines de surprises…

Pour cette première, j’ai le plaisir de vous présenter Alice… Alice, je l’ai rencontrée au boulot, une « simple » collègue au départ. Et puis, de fil en aiguille, nous sommes devenues copines. Comme quoi nos collègues de bureau ne sont pas toutes des névrosées ambitieuses et/ou dépressives prêtes à tout pour vous passer devant. Alice, c’est même tout le contraire, toujours de bonne humeur, pleine de bonnes ondes et perso, je suis fan de son humour à 2 balles (blagues Carambar, de Toto, etc.), les journées sont parfois longues et un rien peut nous faire partir !

Je lui laisse maintenant la place pour que vous puissiez la découvrir à votre tour et qu’elle devienne elle-aussi votre copine…

?????????????????????????

– Quelle copine, mère et femme es-tu ?

Bonjour !

Tout d’abord, merci aux Copine(s) et particulièrement à Raph pour cette invitation chez vous ! Le blog « Copine, Mère et Femme » est un concentré de belles plumes, bons plans, coups de gueule… Tout ce que j’aime !

Première question : « quelle copine, mère et femme es-tu ? ». Je vais être très scolaire et répondre point par point !

Copine :

Mes vraies copines, je peux les compter sur les doigts de mes deux mains et Raph en fait partie (elle est même l’auriculaire de la main droite). Par contre, vous dire quelle copine je suis, aucune idée. Je pourrais répondre « parfaite » mais commencer cette interview en jouant la fausse prétentieuse, c’est un peu naze. Je botte alors en touche et : Raph, dis, je suis comment comme copine ?! –> « Et bien tu es une copine Parfaite ! » 🙂

Mère :

« Bonjour, je m’appelle Alice, j’ai 24 ans et je ne veux pas d’enfants ». Ca y est, j’entends les huées et reçois bien les cailloux que vous êtes en train de me jeter. Oui, nous vivons dans une société qui nous interdit de penser cela. A chaque fois que je le dis, les « mais t’es horrible ! » fusent de toutes parts. Ensuite, on essaie de nous faire culpabiliser, puisque nous, les femmes, nous sommes programmées pour pouvoir repeupler la planète en cas d’extinction de notre espèce suite à une attaque bactériologique. Par contre, prendre en compte les envies de chacune, ouh la non, quelle hérésie !

Et puis de toute façon, je l’ai déjà mon bébé. Sauf qu’elle a quatre pattes, est de trois couleurs, perd ses poils à l’approche de l’été et se prénomme Bouloche. Il y a bientôt 2 ans, nous avons adopté un tout petit chaton à la SPA. J’avais entendu que les minets mal sevrés avaient tendance à prendre les humains qui les ont élevés pour leurs vrais parents. Ah, on ne m’avait pas menti. Ma boule de poils nous réclame un câlin dès le réveil, dort sur nos jambes ou dans nos bras chaque nuit et nous suit à longueur de journée. Je sais, ce n’est pas comparable avec un enfant… Mais Bouloche fait partie de ma vie, je ne pouvais pas ne pas vous en parler !

2013-04-22 21.43.05The Bouloche !

Femme :

Lorsqu’on atteint notre majorité, on passe de la catégorie « enfant » à celle de « femme ». Oui, comme ça, d’un coup. Pourtant, il me semble qu’il manque une transition entre les deux, à mi-chemin entre l’âge adulte et l’enfance. A 24 ans, je suis encore coincée dans cette zone. J’aime être féminine, porter des talons, avoir des responsabilité de « femme » MAIS j’aime aussi les t-shirts enfantins, les boucles d’oreilles en forme de chaussures ou de grosses marguerites et regarder les dessins animés le matin.

??????????????????????????????? ???????????????????????????????

Je crois que je resterai à vie coincée entre l’enfance et l’âge adulte. Même mon futur statut de femme mariée (mouahaha, je vais me marier dans 1 an ! A chaque fois que j’y pense, je suis excitée comme une petite puce !) n’y changera rien.

– Quels sont tes 3 indispensables du moment ?

Ces jours-ci, j’ai du mal à me passer de :

– ma bouteille d’eau fraîche (jadore le soleil mais supporte très mal la chaleur)
– mon autobronzant (bah oui, le soleil est arrivé tellement tard que mes jambes – qui ne sont déjà pas des jambes de top model – sont horriblement blanches)
– notre barbecue électrique (qui nous fait passer de belles soirées sur notre petite balcon).

A tout ça, on rajoute les classiques : mon téléphone, mon ordinateur, ma brosse anti-poils de chat et mes pots à épices. Entre autres.

– Comment sévis-tu sur la toile et pourquoi ?

Je suis la créatrice des « Délices d’Alice » (http://les-delices-d-alice.blogspot.com), un blog culinaire que j’espère à la portée de tous. Ouvert depuis deux ans, il comptabilise en moyenne 700 visites par jour. A l’origine, je l’ai créé uniquement pour pouvoir partager rapidement et facilement mes recettes avec mes copines. Puis petit à petit, mon projet a pris une autre ampleur et aujourd’hui je suis heureuse de faire pleinement partie de la blogo culinaire.

Faire sa place sur cette blogosphère culinaire est un travail de longue haleine. Déjà, il faut animer votre univers : réfléchir aux recettes, les prendre en photos, les retoucher, écrire la recette et le texte qui l’accompagne, la publier, la partager, répondre aux commentaires et aux mails des internautes, faire évoluer le blog. Ensuite, c’est à votre tour d’aller visiter les blogs des autres cuisinautes, pour vous inspirer, découvrir et partager. En gros, pour que je sois au top, il faudrait que je consacre 2h par jour à cette activité, ce que j’ai beaucoup de mal à faire depuis que j’ai retrouvé du boulot (mais j’ai tellement espéré ce travail que je ne vais pas m’en plaindre !).
Quelle est la meilleure astuce culinaire que tu peux partager avec toutes les Copine(s) ? Comme beaucoup, vous pensez que « le gras c’est la vie » et qu’un plat sans huile, sans beurre ou sans crème n’a pas de goût ? Mettez un peu de piquant dans votre cuisine grâce aux épices ! Je dois avoir une quarantaine d’épices différentes. De l’eau + du curry + de la fécule de maïs = une sauce onctueuse qui remplacera aisément une crème dans des pâtes ; des légumes vapeur + du poisson blanc + du combava = un plat rapide et sain plein de goût ; une salade de fruits + de la cannelle = un dessert délicieux pour terminer le repas sur une note fraîche.– Quel est ton plus grand rêve ?

Être épanouie et enfin dire « flûte » à tous mes complexes. A part ça, je ne suis pas exigeante : passer ma vie avec l’homme de ma vie, profiter un maximum de ma famille, partager de bons moments avec mes copines, avoir un boulot qui me plait et avoir de beaux projets, voilà tout ce qui me fera toujours aimer la vie…

La sélection des Copine(s) #6

 Bientôt le week-end et nombre d’entre vous vont recevoir des amis ou de la famille,  certains auront envie de se faire un bon diner en amoureux. Et là… angoisse : mais qu’est-ce que je vais pouvoir faire à manger ? Pas envie de passer 3h00 à faire  les courses et 5h00 en cuisine, mais envie malgré tout d’épater la galerie ? Pas de panique, les Copine(s) sont là pour vous aider : voici tous nos secrets de cuisine, faciles, rapides et bluffants. Suivez le guide…

mon-carnet-de-recettesCrédit : Marie-Laure Tombini

#Adeline

 Mon moelleux au chocolat facile

– 200g de sucre
– 150g de beurre
– 4 œufs
– 80g de farine

Séparez le oeufs pour ne garder que les jaunes.
Mélangez tous les ingrédients et faire cuire 20 min au four à 150 degrés (th. 5).

Mon apéro facile: dip au thon

Mélangez la moitié d’un pot de Philadelphia + 1 cc d’huile avec une boîte de thon à l’huile.
Dégustez avec des chips type nachos cheese, c’est trop bon (recette de ma sœur pour info) !
La variante de #Cécile : St Morêt et jus de citron

#Cécile

Tartare de tomates -mozzarella

Pour 4 personnes :

– 8 tomates
– 1 boule de mozzarella (au lait de buflonne, c’est meilleur)
– 1 pot de sauce pesto
– 10 feuilles de basilic frais
– Vinaigre de Xérès
– Moutarde (type Savora)
– Huile d’olive

Ébouillantez les tomates, pelez et coupez-les en petits dés.
Coupez également la mozzarella en petits dés.
Hachez les feuilles de basilic.
Mélangez les ingrédients dans un saladier.
Ajoutez 1 cuillère à soupe de pesto, 1 cuillère à soupe de Savora, 1 cuillère à café de vinaigre de Xérès et 1 cuillère à soupe d’huile d’olive. Salez et poivrez, puis mélangez.

Disposez la préparation dans des petits ramequins (ou verrines) et gardez au frais pendant au moins 1 h.

Au moment de servir, préparez une sauce d’accompagnement en mélangeant 1 cuillère à soupe de pesto, 2 ou 3 cuillères à soupe d’huile d’olive et 1 cuillère à soupe d’eau.

Démoulez les ramequins dans une assiette et parsemez avec un peu de sauce autour, décorez avec une feuille de basilic.

Tarte fine aux pommes
 
– 1 pâte feuilletées prête à l’emploi
– 3 (bonnes) pommes golden
– 40 gr de beurre
– 60 gr de sucre
 
Étalez la pâte sur le plan de travail.
Piquez-la avec une fourchette pour éviter qu’elle ne gonfle pendant la cuisson.
Mettez la pâte dans un moule couvert d’un papier sulfurisé.
Variante pour des tartelettes individuelles :  découpez 3 ronds avec un emporte-pièce de 10 .
Épluchez les pommes, coupez-les en 2 et enlevez le cœur.
Coupez chaque moitié en lamelles très fines.
Préchauffez le four à 180° (th.6).
Couvrez la tarte (ou les tartelettes) de lamelles de pommes en les faisant se chevaucher en rond de manière à couvrir toute la pâte.
Parsemez de morceaux de beurre et saupoudrez de sucre.
Enfournez 30 minutes.
Servez votre tarte ou vos tartelettes tièdes à chaudes, accompagnées d’une boule de glace ou d’une cuillerée de crème fraîche froide.
 
 
#Virginie
 
Mon plat : Parmentier de canard

Cuire les pommes de terre à l’eau (les éplucher et les couper pour que ça aille plus vite).
Faire revenir des échalotes et des oignons dans un peu de gras des cuisses de canard (achetées prêtes c’est très bien mais une bonne marque), juste les faire blondir.
Dépieuter les cuisses de canard et retirer le maximum de gras (c’est le plus galère).
Faire revenir quelques minutes le canard avec les échalotes et les oignons.
Ecraser les pommes de terre au presse purée et ajouter 1/3 d’eau pour 2/3 lait, un peu de crème fraîche, sel, poivre, noix de muscade. Etaler dans le fond d’un plat le canard, mettre la purée par dessus et parsemer de gruyère râpé.
Passer au grill pour faire gratiner. 
Servir avec une salade verte et huile de noix
Mon truc en plus : être généreuse avec la viande.

Mon dessert : Tiramisu à ma façon

Monter les blancs en neige.
Mélanger, les jaunes, le mascarpone et le sucre.
Incorporer délicatement les blancs et réserver au frais pendant minimum 30 minutes. 
Faire revenir des quartiers de pommes dans un peu de beurre et du sucre pour caraméliser, ajouter un peu de cannelle, ça doit rester un peu ferme (pas de compotes !)
Emietter des spéculoos.
Dans une coupe à glace alterner 1 couche de speculoos / 1 couche de pommes /1 couche de speculoos / la mousse.

#Anne

 Une recette à base de crevettes

– 1 paquet de crevettes surgelées 
– Des épices (coriandre, gingembre, cumin, curcuma)
– De l’ail
– Du jus de citron 
– Du curry

Faire mariner les crevettes épluchées (et cuites donc) dans le jus de citron, les épices et l’ail (30 minutes ou plus suivant le temps que l’on a devant soit, voire même moins si la montre est contre nous). 
Faire revenir ensuite le tout dans une poêle avec le curry.
Servir avec du riz.

#Raph

Canard, poivron et nouilles chinoises

– Un beau magret de canard
– Une pot de pâte de curry rouge (ou poudre de curry si vous ne trouvez pas)
– Une brique de lait de coco
– Du basilic frais
– Deux poivrons verts et deux poivrons jaunes
– Un paquet de nouilles chinoises (achetez de préférence celles qui se vendent en plaques très tortillées, elles sont meilleures)
– Huile d’olive

Faites fondre une ou deux cuillères à soupe de pâte de curry rouge (selon que vous aimez épicé ou non) dans de l’huile d’olive chaude, ajoutez-y le magret de canard coupé en lamelles. 
Quand il est saisi, ajoutez le lait de coco et mélangez.
Réservez les lamelles de canard pour ne pas qu’elles soient trop cuites.
Faites cuire dans la sauce pâte de curry/lait de coco les poivrons coupés en lamelles.
Sur la fin de la cuisson des poivrons, remettez le canard et ajoutez les feuilles de basilic frais émincées.
Faites cuire en parallèle les nouilles chinoises (c’est très rapide). 
Quand tout est cuit, mélangez les nouilles avec la viande et les poivrons. 
Mon truc : il faut qu’il y ait pas mal de sauce car les nouilles la « boivent » vite !

 #Emilie

Mon entrée 

Coupez une pâte feuilletée en 4.
Prenez un P’tit Billy (chèvre frais vendu en grandes surfaces^^), coupez-le en 4 aussi. 
Posez le morceau de P’tit billy sur un morceau de pâte.
Assaisonnez avec sel, poivre parfumé et ciboulette.
Fermez la pâte en remontant les pointes.
Avec un pinceau, étalez du jaune d’œufs sur votre réalisation (pour bien dorer la pâte). 
Faites cuire le tout à 180° (th. 6) environ 15 minutes.
A servir avec un coin de salade verte.

La sélection des Copine(s) sur Pinterest

A vous de jouer, y’a plus qu’à 🙂

City tour # 2 : en route pour Lugdunum !

Par Raph

lyon-355739

Avec les Copine(s), on discute beaucoup. On échange pour savoir ce qui vous ferait plaisir et l’une de nos (nombreuses :)) idées a été de vous parler des villes dans lesquelles nous habitons pour vous donner envie de les (re)découvrir… Sophe avait ouvert le bal avec son merveilleux Pays Basque (qui personnellement m’a fait super envie…)

Me revient la lourde responsabilité de vous parler de Lyon. Pourquoi lourde responsabilité ? Parce qu’il y a tant de choses à en dire que forcément j’ai été obligée de sélectionner : attention, liste non-exhaustive !

Lyon, ville des lumières, du cinéma et capitale des Gaules, j’y ai atterri un peu par hasard pour mes études. Mais dès que j’y ai posé mes valises, je suis littéralement tombée amoureuse de la ville et mon homme aussi, d’où notre décision de nous y installer.

la-basilique-notre-dame-de-fourviere-a-lyon_4062_w460

Lyon, ce sont d’abord des lieux emblématiques. La basilique de Fourvière surplombe la ville, on la voit d’un peu partout du fait de sa taille et de sa couleur blanc éclatant.
C’est aussi le parc de la Tête d’Or, notre Central Park à nous, avec son petit lac où on peut faire du pédalo, son jardin botanique, sa roseraie, ses aires de jeux pour les enfants et surtout son zoo, gratuit. Bref, le lieu idéal pour de belles balades et pique-niques en famille ou entre amis, un lieu idéal aussi pour les joggeurs et les cyclistes.
Les murs peints en trompe l’œil sont incontournables. Il y en a un peu partout, dans les quartiers du Vieux Lyon et de la Croix-Rousse. Le plus célèbre d’entre eux, le Mur des Lyonnais, est sur la Presqu’Ile et on peut s’amuser à reconnaître les lyonnais célèbres, je ne vous dis pas qui, venez le contempler pour savoir…
De nombreuses places valent aussi le coup pour se donner rendez-vous ou flâner. Il y a l’immense place Bellecour bien sûr, mais ma préférée est la place de l’hôtel de ville avec ses terrasses pour prendre l’apéro, très agréable quand il fait beau !
Autre bizarrerie, sur laquelle je pourrais écrire un article entier, ce sont les traboules, ces passages qui permettent de relier deux rues entre elles en ne passant que par des cours d’immeuble et en étant à l’abris. Les plus belles sont dans le Vieux Lyon, allez vous y perdre et poussez les portes des immeubles au hasard, certaines sont ouvertes et vous feront découvrir les fameuses traboules ou d’autres cours insolites, un régal!

skiing-laplagne-traboule

Lyon est également réputée pour sa gastronomie, qu’il s’agisse de plats typiques qui tiennent au corps (saucisson brioché, quenelle sauce Nantua, gnafron à la crème, gâteau de foie de volaille, cervelle des canuts, etc.), ou d’excellents crus (Côte Rotie, St Joseph, Crozes Hermitage, etc.). Mais c’est surtout une ville bourrée de restaurants, il y en a pour tous les goûts et tous les budgets. En 10 ans de vie ici, il m’en reste des tonnes à découvrir et dieu sait que j’aime aller au resto !

Lyon c’est aussi une vie culturelle très riche, avec les programmations de la Maison de la Danse ou de l’Opéra, les expos du musée des Beaux Arts ou du musée Gadagne. Et tout plein d’évènements qui émaillent l’année : une biennale d’art contemporain et une biennale de la danse en alternance, la Fête des Lumières, des festivals comme Tout l’monde dehors, les Nuits de Fourvière ou encore les Nuits Sonores et j’en passe…

Mes bonnes adresses :

Pour un panorama époustouflant sur la ville :
– La place à côté de la basilique de Fourvière. Si vous êtes courageux, une telle vue se mérite, montez à pied via les jardins du Rosaire ! Si vous ne l’êtes pas, prenez la « ficelle », notre funiculaire, une attraction en soi.
– Le bar ou le restaurant de l’hôtel Radisson, situé dans le « crayon », comprenez la tour du Crédit Lyonnais, autre emblème de la ville.
– Si vous avez quelque chose à fêter, le restaurant de Christian Têtedoie, étoilé Michelin.

Pour des petites douceurs :
– Bernachon, le Bocuse des chocolats. Les truffes sont à tomber et étant un vrai chocolatier, il faut gouter les pains au chocolat avec une vraie barre de chocolat dedans ou encore les éclairs.
– Perroudon, pour ses pognes, une grosse brioche avec plein de pralines dedans, un vrai suicide au sucre, mais goutez-en une fois et vous deviendrez accroc !
– Bahadourian, le roi des épices. Profitez-en pour découvrir les Halles Paul Bocuse, un vrai plaisir pour les yeux, le nez et les papilles.
– Best Bagels, pour un brunch à l’américaine, hmmm la Pancake Tower !
– La mère Cottivet, pour moi le meilleur bouchon lyonnais.

Pour le shopping :
– La boutique de Benoît Guyot, de la déco pour la maison, pour tous les goûts, dans tous les styles, rien que le lieu vaut le coup d’œil.
– Le Nain Jaune. Vous cherchez un cadeau pour un enfant, de n’importe quel âge ? Le Nain Jaune a ce qu’il vous ! Les vendeurs connaissent parfaitement leurs produits et sont d’excellents conseils.

Je vais m’arrêter là. J’espère que ce petit aperçu vous aura donné envie, alors à bientôt sur Lyon !

Dolce vita, fashionista et… puériculture

Par Raph

Je vous le dis tout net : j’aime l’Italie… et les italiens ! Les italiens sont forts en mode, en design, en musique classique ou encore en gastronomie. Les italiens ont un passé historique formidable qui fait de chaque ville un musée. Les italiens sont sympas et l’Italie est romantique. Vous me direz, elle est sympa celle-là mais en France, c’est tout pareil. Oui, mais l’Italie a quelque chose que nous n’avons pas…

inside-the-galleria-vittorio

Lors de nos dernières vacances (la semaine dernière :)), l’Homme et moi avons décidé d’aller passer 2 jours à Milan en amoureux. Hop, hop, hop, Choupinette et le chien déposés chez Papy et Mamie et 4h30 de route plus tard, nous voici dans la capitale de la fashion italienne. Nous avons passé 2 jours formidables, mangé merveilleusement et rencontré des gens charmants, mais j’ai confirmé à Milan une impression que j’avais eue dans d’autres villes italiennes, spécialement depuis que j’ai eu Choupinette : les italiens sont forts, très forts en magasins de puériculture. Je m’explique.

Quand tu attends ton premier enfant, dieu sait que tu as besoin d’un magasin de puériculture à proximité parce qu’il t’en faut des trucs et parfois à la dernière minute. Poussette, lit bébé, siège auto, sac à langer, baignoire, table à langer, linge, vêtements, écoute-bébé, parc, biberons, chauffe-biberon, mouche-bébé, transat, tapis d’éveil, seconde poussette, second siège auto, pot, chaise haute et j’en passe. Bref, après Carrouf’, le magasin de puériculture devient ta deuxième maison, enfin troisième si on prend en compte ta vraie maison.

2Crédit photo : Edouard & Noémie

En France, c’est la croix et la bannière pour trouver des magasins de puériculture faciles d’accès : les grandes enseignes de type Auber, Autour de bébé ou Bébé 9, sont situées dans des zones commerciales à Tataouine, ce qui fait que tu dois forcément prendre ta bagnole et te taper minimum une demie-heure de route pour trouver le Saint Graal. Il y a bien Natalys en centre-ville mais, personnellement, je n’y ai jamais trouvé mon bonheur (surfaces trop petites, articles trop chers, pas assez de choix). Il reste enfin les enseignes de type Vert Baudet, à mi-chemin entre un Auber et un Natalys, c’est-à-dire avec du choix et relativement bien situées, qui permettent de sauver les meubles, mais ça ne laisse pas beaucoup d’options possibles et si tu ne trouves ce que tu cherches, te voilà repartie pour Tataouine.

En Italie, je ne sais pas s’ils ont des zones commerciales comme chez nous. En bonne touriste, je ne suis allée que dans les centre-villes, mais là, trop fastoche de trouver des magasins de puériculture : y’en a partout ! Là-bas, il y a beaucoup de boutiques dédiées aux enfants : chaussures, vêtements (abordables) mais surtout des boutiques où tu peux combler tes besoins les plus fous en matériel de puériculture. A Rome, je suis même tombée sur un supermarché consacré intégralement à nos chères têtes blondes : couches, petits pots, vêtements, jouets, poussettes, literie, etc. tout y était, le rêve absolu ! Pour la petite anecdote, nous y étions en août dernier, il faisait 40° à l’ombre et catastrophe, nous avions cassé l’ombrelle de la poussette de Choupinette. Nous n’avons même pas eu besoin de géolocaliser l’enseigne la plus proche avec nos iPhone magiques, on en a trouvé une en 2’30 en marchant au hasard, le fameux supermarché, et avons retrouvé illico une ombrelle pour la poussette.

Je rêve qu’en France, ce soit pareil un jour. Car comme les modes de garde, faire ses courses relève parfois du parcours du combattant, à bon entendeur…